La légalisation de la Gestation pour autrui (GPA) : enjeux et perspectives

La gestation pour autrui (GPA) est un sujet qui suscite de nombreux débats, tant sur le plan éthique que juridique. En tant qu’avocat spécialisé dans ce domaine, nous vous proposons un éclairage sur les principaux enjeux liés à la légalisation de cette pratique, ainsi que les perspectives d’évolution législative en la matière.

Qu’est-ce que la GPA ?

La gestation pour autrui, également appelée maternité de substitution, est une technique médicale par laquelle une femme porte l’enfant d’un couple ou d’une personne seule, avec l’intention de remettre cet enfant à ses parents intentionnels après sa naissance. La femme qui porte l’enfant est appelée la mère porteuse, tandis que les personnes pour lesquelles elle porte cet enfant sont désignées comme les parents intentionnels.

Il existe deux types de GPA : la GPA traditionnelle, où la mère porteuse est également la mère biologique de l’enfant (elle fournit ses propres ovules), et la GPA gestationnelle, où elle ne fournit pas ses ovules et n’a donc aucun lien génétique avec l’enfant. Dans ce dernier cas, les ovules peuvent provenir de la mère intentionnelle ou d’une donneuse.

L’état des lieux législatif à l’échelle internationale

La légalisation de la GPA varie considérablement d’un pays à l’autre. Dans certains pays, comme le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada et la Grèce, la GPA est légale sous certaines conditions. Par exemple, au Royaume-Uni, la mère porteuse ne peut pas être rémunérée pour ses services ; seule une compensation raisonnable pour les frais engagés pendant la grossesse est autorisée.

A découvrir aussi  Le droit à l'image : un équilibre entre vie privée et liberté d'expression

Dans d’autres pays, comme la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, la GPA est strictement interdite. Ces interdictions sont fondées sur des considérations éthiques et morales liées à la protection de la dignité et des droits de la femme et de l’enfant. Toutefois, dans certains cas, les tribunaux ont reconnu le lien de filiation entre les parents intentionnels et l’enfant né d’une GPA réalisée à l’étranger.

Les arguments en faveur de la légalisation de la GPA

Certains avancent que la légalisation de la GPA permettrait de mettre fin à un certain nombre de problèmes et d’injustices liés à cette pratique. Parmi ces arguments figurent :

  • L’accès à la parentalité pour les couples stériles ou infertiles : La légalisation de la GPA offrirait une solution aux couples qui ne peuvent pas avoir d’enfants en raison d’infertilité ou d’autres problèmes médicaux.
  • Le respect des droits des personnes LGBT : La GPA est souvent le seul moyen pour les couples de même sexe, en particulier les hommes, d’avoir un enfant biologiquement lié à l’un des partenaires.
  • La lutte contre le tourisme procréatif : La légalisation de la GPA dans un cadre réglementé permettrait de lutter contre le « tourisme procréatif », où les parents intentionnels se rendent dans des pays où la pratique est autorisée – et parfois mal encadrée – pour bénéficier de services de GPA.

Les arguments contre la légalisation de la GPA

Cependant, d’autres considérations éthiques et morales sont avancées pour justifier l’interdiction de cette pratique. Les principaux arguments contre la légalisation de la GPA incluent :

  • La marchandisation du corps humain : La GPA peut être perçue comme une forme d’exploitation du corps des femmes, en particulier lorsque celles-ci sont rémunérées pour leur gestation.
  • Le risque d’instrumentalisation des femmes et des enfants : Dans certains cas, les mères porteuses peuvent être soumises à des pressions financières ou psychologiques pour accepter cette pratique, et les enfants peuvent être considérés comme des « produits » issus d’un contrat commercial.
  • Les difficultés juridiques liées à la filiation et à l’état civil : La reconnaissance légale de la filiation entre les parents intentionnels et l’enfant né par GPA soulève des questions complexes concernant le statut juridique de la mère porteuse et le respect des droits fondamentaux de l’enfant.
A découvrir aussi  La responsabilité pénale des dirigeants d'entreprise : un enjeu majeur à maîtriser

Les perspectives d’évolution législative

Face à ces enjeux, plusieurs pistes sont envisagées pour encadrer la pratique de la GPA. Parmi elles :

  • La légalisation de la GPA altruiste : Il s’agit d’autoriser la GPA sans rémunération pour la mère porteuse, afin d’éviter les risques de marchandisation et d’instrumentalisation des femmes.
  • L’harmonisation des législations au niveau international : Pour lutter contre le tourisme procréatif et garantir un cadre juridique cohérent, il est nécessaire de travailler à une harmonisation des législations sur la GPA au niveau international.
  • Le développement de garanties juridiques pour protéger les droits des parties impliquées : Une réglementation adéquate doit être mise en place pour assurer le respect des droits fondamentaux de l’enfant, ainsi que ceux de la mère porteuse et des parents intentionnels.

Ainsi, si la légalisation de la gestation pour autrui soulève encore aujourd’hui de nombreuses questions éthiques et juridiques, il est essentiel d’engager une réflexion approfondie sur les enjeux liés à cette pratique et les moyens de l’encadrer dans l’intérêt supérieur des personnes concernées.